MÉDICAMENTS DANGEREUX.

Depuis les années 1970, il semblait démontré qu'un cholestérol élevé était une cause principale des maladies des artères. Il devenait dès lors logique de chercher des remèdes pour le faire baisser. Les statines font partie des molécules les plus efficaces pour y parvenir, en poussant le foie à produire moins de cholestérol. Les statines ont ainsi été mises sur le marché il y a une vingtaine d'années.

 Le jour où j'ai décidé d'arrêter ces prescriptions

J'insiste, j'ai été un initialement un grand prescripteur de statines. Quand elles sont arrivées sur le marché, nous nous sommes tous dit : "Voilà quelque chose de formidable". La fameuse étude 4S, qui montrait une diminution de la mortalité chez les patients ayant fait un infarctus et prenant des statines, paraissait impressionnante.

 Nous, médecins, avons alors commencé à en prescrire de manière très libérale. Dans un premier temps aux individus qui avaient un problème cardiovasculaire, puis, par extension, à ceux qui avaient un cholestérol élevé, pouvant signifier un risque élevé de développer un problème.

 Un beau jour, je suis tombé sur un ouvrage d'un professeur américain, Nortin M. Hadler, traitant du sujet de l'excès en médecine. Il abordait en particulier le cas des statines. Intrigué, j'ai commencé à m'y intéresser plus en profondeur, à faire des recherches, à échanger avec d'autres médecins qui mettaient en doute l'efficacité des statines, notamment le cardiologue Michel de Lorgeril. Je réalise ainsi par exemple que l'étude 4S n'a jamais été répliquée, jetant un doute sur l'exactitude des résultats. Et que la vaste majorité des autres études étaient teintées de conflits d'intérêts.

J'ai commencé à être de moins en moins convaincu par l'utilité de la prescription de statines. Aujourd'hui, je n'en prescris quasiment plus.

Ce que je reproche aux statines

Tout d'abord, quoiqu'on dise, l'efficacité des statines sur le long terme n'a jamais été établie scientifiquement. Toutes les études dites positives – montrant un effet – sont très sujettes à caution, tant dans leur conduite que dans les conclusions. Les conflits d'intérêts sont omniprésents.

D'autre part, les effets secondaires sont sous-estimés. Les études les plus longues ont duré tout au plus cinq ans. Ainsi, lorsque vous mettez un homme de 40 ans sous statines – sachant que statistiquement il en prendra pendant 45 ans –, vous n'avez strictement aucune idée de ce que cela va donner sur le très long terme. En se rappelant qu'il n'a aucun symptôme au départ, puisqu'on ne fait que baisser son cholestérol.

Ceci étant, les effets secondaires apparaissent peu fréquents dans les études consacrées aux statines. Mais on oublie qu'il y a presque toujours une run-in période, ou période d'essai, qui est un test de départ auprès des cobayes. Ceux qui réagissent d'emblée avec des effets secondaires importants sont écartés du processus !

Jusqu'à un patient sur deux à qui j'arrête la statine revient en me disant par exemple : "C'est fou, je ne me rendais pas compte que mes douleurs aux jambes en marchant étaient dues au médicament". Cela vaut pour tout un tas de symptômes, faisant que pratiquement tous se sentent mieux. Et en tant que médecin, si mon patient va mieux, je considère que j'ai fait mon boulot.

D'autre part, les statines favorisent le diabète et probablement les troubles cognitifs – ce qui serait logique dans la mesure où le cholestérol est fondamental pour le cerveau. Mais comment bien connaître ces effets négatifs sans études sur le long terme ? Donc pour l'instant, nous ne les connaissons que de façon imparfaite.

Enfin, l'aspect "diminution facile du cholestérol" peut entraîner des dérives. Un patient m'a dit récemment qu'il ne prenait de la statine que le jour où il mangeait mal. En effet, les gens qui prennent des statines se disent souvent qu'ils peuvent oublier le mode de vie. Ce qui a amené certains chercheurs à proposer de distribuer des statines dans les Mc Donald's , pour compenser la nourriture trop grasse ! C'est complètement aberrant !

Le cholestérol, un mythe à déconstruire

Actuellement, les gens ont peur – littéralement peur – lorsqu'ils ont du cholestérol. C'est un des principaux reproches que j'adresse à notre système : présenter le risque comme une maladie.

De plus, cette fameuse notion de risque a évolué avec le temps. A l'issue de la première étude sur le risque cardiovasculaire, réalisée en Amérique du Nord, on a défini le "risque élevé". Puis progressivement, on a qualifié de "risque élevé" un risque de plus en plus bas. De même, la notion de "cholestérol élevé" correspond à un taux de cholestérol de plus en plus bas. On comprend bien qu'il y a une quantité d'argent phénoménale derrière tout ça.

Il faut revenir à ce qui est caché de façon systématique par tous les grands prescripteurs de statines : quand vous mangez correctement et que vous bougez suffisamment, le cholestérol n'a plus aucune valeur prédictive. Autrement dit, on peut avoir un cholestérol très élevé et vivre très longtemps, sans prendre de médicament.

On a toujours tendance à parler du mode de vie comme quelque chose de soft, de périphérique : "Bougez un peu, ça vous fera du bien". Or, bouger, manger correctement et ne pas fumer  détermine en réalité 80 à 90% du risque d'avoir un problème cardiovasculaire précoce. Mais voilà, le mode de vie ne rapporte pas d'argent. Pire, il rend les gens moins malades…

Édité par helenedecommer  Auteur parrainé par marievaton

𝑽𝒐𝒕𝒓𝒆 𝒅𝒆́𝒄𝒊𝒔𝒊𝒐𝒏 est prise et vous voulez prendre soin de votre 𝙖𝙡𝙞𝙢𝙚𝙣𝙩𝙖𝙩𝙞𝙤𝙣, votre 𝙨𝙖𝙣𝙩𝙚́ ou/et de votre 𝙥𝙤𝙞𝙙𝙨!
Consulter un professionnel augmente vos chances de réussite! 𝗟𝗲 𝗣𝗿𝗮𝘁𝗶𝗰𝗶𝗲𝗻𝘀 𝗲𝗻 𝗴𝗲𝘀𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝗽𝗼𝗶𝗱𝘀 𝗲𝘁 𝗲𝗻 𝘀𝗼𝗶𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗮 𝘀𝗮𝗻𝘁𝗲́ 𝗮𝘂 𝗻𝗮𝘁𝘂𝗿𝗲𝗹 est un professionnel diplômé de l'Institut 𝐍𝐮𝐭𝐫𝐢𝐩𝐡𝐢𝐥𝐢𝐚 et accrédité par L’𝐀𝐬𝐬𝐨𝐜𝐢𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐍𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐚𝐥 𝐝𝐞𝐬 𝐍𝐚𝐭𝐮𝐫𝐨𝐩𝐚𝐭𝐡𝐞𝐬.

ℙ𝕝𝕦𝕤 𝕕𝕖 𝟓𝟎 𝕔𝕝𝕚𝕟𝕚𝕢𝕦𝕖𝕤 𝕒𝕦 ℚ𝕦𝕖́𝕓𝕖𝕔..
✔️ Émission de reçus d'assurance
✔️ Bilan de santé
✔️ Menus hebdomadaires
✔️ Approche centrée sur votre bien-être
✔️ Support, écoute et accompagnement